Les femmes célibataires sont toutes danseur

Hormones, attentes et frustrations Qu'est-ce qui pousse des femmes à vivre, pour une nuit, quelques mois ou des années, une histoire d'amour en parallèle? Chez certaines, c'est le désir d'échapper à une relation tiède ou à des responsabilités d'épouse ou de maman qui prennent toute la place. D'autres remettent en question la vie qu'elles se sont créée. En fait, il y aurait autant d'histoires d'infidélité que de femmes infidèles, mais, au dire de celles qui se sont racontées, elles cherchent toutes une variante de la même chose: une étincelle, une confirmation qu'elles sont encore et toujours désirables, dignes d'être aimées. La tentation serait plus forte encore à certains moments de la vie, notamment lors des grandes transitions touchant à la vie et à la mort. On dort mal, on s'accorde moins d'attention, vu les immenses besoins du nouveau-né. Le décès d'un proche peut également nous ébranler en nous confrontant à la finalité de la vie. Certains se disent alors: Si je dois mourir bientôt, aussi bien en profiter.

Pour aller plus loin

Êtes-vous gastrosexuel? Photo: Martin Tremblay, La Foule Selon la définition établie par les Britanniques, le gastrosexuel est un individu célibataire âgé entre 25 et 44 ans, curieux, passionné par la repas, séducteur, instruit, qui aime voyager alors qui a un emploi. Non, il ne s'agit pas d'hommes avec des problèmes gastriques, mais d'hétéros qui aiment faire à manger et se mettent aux fourneaux afin de séduire la gente féminine. Selon la définition établie par les Britanniques, le gastrosexuel aurore un homme célibataire âgé entre 25 et 44 ans, curieux, passionné avec la cuisine, séducteur, instruit, qui aime voyager et qui a un fonction. La marque alimentaire PurAsia a imaginer le terme après avoir commandé une recherche c ette année à l'Observatoire international des tendances, Future Foundation. L'étude, menée auprès de plus de Britanniques, s'est penchée sur les habitudes des hommes en cuisine et leur relation à la nourriture. Si, depuis les années 70, les hommes prennent goutte à peu leur place dans la cuisine, un domaine longtemps réservé aux femmes, la tendance a pris avec l'ampleur au début des années

Les femmes célibataires sont complication

Le cycle de la violence : un véritable cercle vicieux

Freud avait raison quand ils disaient combien les femmes sont fondamentalement masochistes? Il paraît que ce malaise est extrêmement répandu chez la gente féminine. Cette fascination pour le mal peut quelquefois prendre des dimensions inquiétantes, qui bandeau la psychose. Tous les tueurs par série reçoivent des demandes en alliance en prison. Vous me direz combien chaque torchon, même le plus avare et le plus dégueulasse, finit avec trouver sa guenille. Reste que ce phénomène étrange est quand même extraordinaire. Les filles considèrent les mauvais garçons comme un projet, un défi

La malédiction de la beauté

Marquer On estime qu'au Québec, près d'une femme sur quatre a déjà été victime au moins une fois d'un accès de violence de la morceau de son conjoint. Cette violence peut prendre différentes formes, dont certaines sont des plus insidieuses, et a quelquefois des conséquences dramatiques, pouvant aller jusqu'au décès de la victime. Pour une femme amoureuse, se sortir du bicyclette de la violence peut être très ardu. En effet, il est dur de prédire la violence et, identique lorsque la situation dégénère, certaines sont incapables de reconnaître le caractère dévastateur de leur relation. Certaines personnes croient, à tort, que la violence conjugale concerne presque exclusivement des femmes issues de milieux défavorisés ou de cultures plus machistes. Pourtant, aucune femme n'est à l'abri de la violence conjugale et c'est pourquoi chacune devrait instruire à en reconnaître les signes précurseurs.

De quoi faut-il se méfier?

Il y a peu de temps, ego suis tombée sur une conférence TED de la psychologue et chercheuse par psychologie sociale Bella DePaulo. On aurore seul. On a un problème.